Principes de base de l’utilisation des images bitmap

Flash Player 9 et les versions ultérieures, Adobe AIR 1.0 et les versions ultérieures

Tout travail avec des images numériques nécessite de gérer deux types de graphismes : les bitmaps et les graphismes vectoriels. Les images bitmap, également appelées graphismes en points, sont composées de petits carrés (les pixels) organisés en une grille rectangulaire. De leur côté, les graphismes vectoriels sont composés de formes géométriques (lignes, courbes et polygones) générées à l’aide de formules mathématiques.

Les images bitmap sont définies par la largeur et la hauteur de l’image, mesurées en pixels, et par le nombre de bits contenu dans chaque pixel (ce nombre de bits définit le nombre de couleurs que peut comporter l’image). Dans le cas d’une image bitmap utilisant le modèle colorimétrique RVB, les pixels sont composés de trois octets : rouge, vert et bleu. Chaque octet contient une valeur comprise entre 0 et 255. C’est la combinaison de ces octets pour chaque pixel qui produit une couleur, un peu comme le mélange des couleurs de base par un peintre. Par exemple, un pixel contenant les valeurs 255, 102 et 0 respectivement pour les octets dévolus au rouge, au vert et au bleu produira un orange vif.

La qualité d’une image bitmap est déterminée en combinant la résolution en pixels de l’image avec sa profondeur de couleur exprimée en bits ou en octets. La résolution définit le nombre de pixels contenus dans l’image. Plus le nombre de pixels est important, plus la résolution est élevée et plus l’image semble bien définie. La profondeur de couleurs définit la quantité d’informations colorimétriques contenues par chaque pixel. Par exemple, une image ayant une profondeur de couleur de 16 bits par pixel ne peut pas représenter un nombre de nuances aussi élevé qu’une image ayant une profondeur de couleur de 48 bits. En conséquence, l’image sur 48 bits aura plus de nuances que la version sur 16 bits.

Dans la mesure où les images bitmap dépendent de la résolution, il est délicat de modifier leur échelle, ce qui se remarque particulièrement avec les images bitmap agrandies, qui perdent beaucoup de détails et de qualité.

Format des fichiers bitmap

Les images bitmap existent en divers formats de fichier. Ces formats utilisent différents types d’algorithmes de compression pour réduire la taille des fichiers et optimiser la qualité de l’image en fonction de sa destination. Les moteurs d’exécution Adobe gèrent les formats d’image bitmap BMP, GIF, JPG, PNG et TIFF.

BMP

Le format BMP (pixellisé) est un format d’image par défaut utilisé par le système d’exploitation Microsoft Windows. Il ne fait appel à aucune forme d’algorithme de compression ; il en résulte généralement des tailles de fichiers assez importantes.

GIF

Le format GIF (Graphics Interchange Format) fut développé à l’origine par CompuServe en 1987, dans le but de transmettre des images en 256 couleurs (codées sur 8 bits). Ce format, qui permet d’obtenir des fichiers de petite taille, est très utilisé pour les images sur le Web. Toutefois, en raison de son nombre limité de couleurs, ce format n’est pas adapté aux photographies, qui nécessitent en général un nombre de nuances plus élevé. Les images GIF autorisent la transparence sur un bit, ce qui permet de rendre les couleurs invisibles (ou transparentes). C’est ainsi que sont produits les fonds transparents des images de pages Web.

JPEG

Développé par le Joint Photographic Experts Group (JPEG), le format d’image JPEG (souvent noté JPG) fait appel à un algorithme de compression avec perte pour autoriser une profondeur de couleur de 24 bits avec une taille de fichier très réduite. En raison de la compression avec perte, chaque fois que l’image est enregistrée elle perd des données, donc de la qualité, mais la taille de fichier résultante en est d’autant plus réduite. Le format JPEG est idéal pour les photographies, car il permet d’afficher des millions de couleurs différentes. La possibilité de contrôler le taux de compression appliqué à l’image permet de modifier la qualité de l’image et la taille du fichier.

PNG

Le format PNG (Portable Network Graphics) a été créé comme autre possibilité gratuite (open source) au format de fichier GIF, qui est breveté. Les fichiers PNG acceptent jusqu’à 64 bits de profondeur de couleur, ce qui permet d’obtenir jusqu’à 16 millions de couleurs. Le format PNG étant relativement récent, les versions anciennes de certains navigateurs ne gèrent pas ces fichiers. Contrairement au JPG, le format PNG utilise une compression sans perte, ce qui signifie qu’aucune donnée de l’image n’est perdue lors de l’enregistrement. De plus, les fichiers PNG acceptent également la transparence alpha, ce qui autorise jusqu’à 256 niveaux de transparence.

TIFF

Le format TIFF (ou Tagged Image File Format) était le format multiplate-forme de choix avant l’arrivée de PNG. Le format TIFF a un inconvénient qui est la multiplicité de ses variétés : aucun lecteur n’est en mesure de traiter toutes les versions disponibles. De surcroît, les navigateurs Web ne prennent pas en charge ce format actuellement. TIFF peut utiliser une compression avec ou sans pertes et il est en mesure de traiter des espaces de couleurs spécifiques au périphérique tels que CMJN (cyan-magenta-jaune-noir).

Fichiers bitmap transparents et opaques

Les images bitmap qui utilisent le format GIF ou PNG peuvent comporter pour chaque pixel un octet supplémentaire pour le canal alpha. Cet octet de pixel supplémentaire représente la valeur de transparence du pixel.

Les images GIF n’autorisent la transparence que sur la base d’un bit, ce qui ne permet de spécifier la transparence que pour une seule couleur (dans une palette de 256 couleurs). Par contre, les images PNG acceptent jusqu’à 256 niveaux de transparence. Cette caractéristique est particulièrement intéressante pour « fondre » les images ou le texte avec l’arrière-plan.

ActionScript 3.0 permet de gérer cet octet supplémentaire de transparence à l’aide de la classe BitmapData. Comme le modèle de transparence PNG, ActionScript propose jusqu’à 256 niveaux de transparence.

Concepts importants et terminologie

La liste suivante contient des termes importants relatifs aux graphiques bitmap :

Alpha
Niveau de transparence (ou, plus précisément, d’opacité) d’une couleur ou d’une image. La valeur alpha est fréquemment appelée valeur du canal alpha.

Couleur ARGB
Modèle colorimétrique suivant lequel la couleur de chaque pixel est définie selon ses composants rouge, vert et bleu, ainsi que par sa transparence spécifiée comme valeur alpha.

Canal de couleur
En général, les couleurs sont représentées par le mélange des couleurs primaires, rouge, vert et bleu (pour les graphiques sur ordinateur). Chaque couleur primaire est considérée comme un canal de couleur. C’est le mélange des proportions de chaque canal de couleur qui détermine la couleur finale.

Codage des couleurs
Parfois appelée codage, cette caractéristique détermine la quantité de mémoire vive dévolue à chaque pixel, ce qui, indirectement, définit le nombre de couleurs qu’il est possible d’afficher dans l’image.

Pixel
Unité d’information de base d’une image bitmap (fondamentalement, un point coloré).

Résolution
Dimensions d’une image en pixels, qui détermine le niveau de détails fins d’une image. La résolution est fréquemment exprimée en nombre de pixels pour la largeur et la hauteur.

Couleur RVB
Modèle colorimétrique suivant lequel la couleur de chaque pixel est définie selon ses composants rouge, vert et bleu.